Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 12:42


J'aime.






Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 10:55



Dans ma routine,

Le spleen n'a rien d'un idéal.

La mélancolie me fait mal.


Et je chagrine

Bien souvent sans aucune raison.

Trop souvent je lâche la pression.


Quand je dérive,

J'ai beau lutter, j'ai beau y croire,

Le jour tout va puis vient le soir.


Bien que j'écrive,

J'explique mon cas en une seule phrase :

"Comme un mégot la vie m'écrase."



...



Heureusement,

De temps en temps il ya une fille

Qui mes malheurs les éparpille.


Subitement,

Mon état d'esprit s'éclaircie,

Sans être blanc il devient gris.


Ses yeux perçants,

Son sourire me déstabilisent.

A l'intérieur tout est en crise.


A cet instant,

J'explique mon cas en une seule phrase :

"Comme du fagot mon coeur s'embrase."



...



Puis vient le jour

Où l'on est déçu de l'amour,

Où l'on aimerait couper court.


Que tout est lourd,

Les peines reviennent, les peines s'arrêtent

Toujours bien ancrées dans nos têtes.


Mais pas le choix,

Le quotidien poursuit sa route.

Même si l'on vit cela nous coûte.


On perd notre foi,

J'explique mon cas en une seule phrase :

"Comme un vaisseau mon âme s'envase."





[Texte commencé le 26 et terminé le 28/11/08]

Repost 0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 20:57


Qu'il le prenne comme cela,

Comme un solitaire amoureux.

Qu'il la prenne et s'en va.

Que seuls ils rejoignent les cieux.

Que sans aucune raison,

Egalement subitement,

Ils me prennent pour un con

Ne me fait rien, même si je mens.

Mais comment pouvons-nous

Nous métamorphoser d'un coup ?

Mais comment pouvez-vous

M'ignorer comme j'ignore les fous ? }----(bis)



Lorsque les règles du jeu changent

Et qu'il faut dire adieu aux anges,

Je ne sais pas pourquoi je pleure

Aussi bien les miens que les leurs.



L'espoir est sans pouvoir

Et que illusion passagère.

Tu lui en as fait voir,

A ce coeur faible à bout de nerfs.

L'amour est fort et beau,

Il transcende les femmes et les hommes.

Quand l'amour fait défaut,

On ne pense, non, pas qu'à sa pomme.

Que cela me fait mal

Au plus profond de moi, émoi

A la suite anormale

D'un amour qui sublime en toi. }---(bis)



Lorsque les règles du jeu changent

Et qu'il faut dire adieu aux anges,

Je ne sais pas pourquoi se meurt

En moi la joie comme fânent les fleurs.



Mais je me souviendrai

Tout comme je me suis souvenu

Pour ce passé qui naît

Tout comme pour celui qui n'est plus.

Mais je sauvegarderai

Les doux moments, les rigolades

Et puis j'avancerai

En repensant aux promenades.

Nous étions trois voire plus,

Nous ne sommes désormais plus qu'un.

J'ai perdu le tonus

Que nous avions tous en commun. }---(bis)



Lorsque les règles du jeu changent

Et qu'il faut dire adieu aux anges,

Ne te retourne pas comme moi

Ou bien alors tu souffriras ...



[Texte écrit le 24/11/08]

Repost 0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 16:23


Je connaissais les chansons que j'adorais, mais je ne connaissais pas les clips ... or, après les avoir regardé, j'adore :p surtout Liquefy. Bon visionnage et bonne écoute =)









Repost 0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 23:19

On m'a déjà dit "Si tu veux aimer les autres, il faut d'abord t'aimer toi-même". Qui ne l'a jamais entendu ? Et en général, je me disais sans arrêt que c'était plus facile à dire qu'à faire ... sauf qu'il y a aussi la maxime habituelle que l'on te ressort "Mais quand on veut on peut tu sais !!!". Finalement, même si je pouvais gronchonner, comme je sais bien le faire, je me rends compte désormais que ce n'est pas bête du tout. Et que c'est justement parce que c'est difficile que l'on s'en sort davantage heureux encore. En fait, le bonheur, c'est d'aimer les autres, d'aimer ce qu'il y a autour de nous mais avant tout, de s'aimer. Enfin ... je crois.


~.~.~.~.~.~.~.~


Je m'adresse à celui qui recherche le bonheur,
Qui veut voir cesser ses pleurs sans être un sans-coeur.
Sache que tu n'es pas seul dans ta quête, pour ce voeu,
Décidés, nous sommes deux, puis quand on veut on peut.
Si toi et moi ne le trouvons pas chez les autres,
C'est peut-être dans la direction que l'on se vautre.
Je l'ai lu, je l'ai vu, entendu, jamais cru.
Je l'ai su, essayé, mais jamais obtenu.
Le bonheur est en nous, bien ancré dans nos têtes.
Que cela veut-il dire ? Est-ce avoir l'esprit net ?
Car je suis trop souvent à noircir mes pensées.
Ai-je une chance, s'il vous plait, de pouvoir l'approcher ?
J'ai choisi peut-être tard de sourire à la vie.
C'est un choix réfléchi qui relève du défi.
En retroussant mes manches, aucun de mes membres tremble.
Ce n'est pas du courage mais être fou il me semble.
Je pense que cette épreuve de chercher en moi-même
Un bonhomme fabuleux que j'ignore mais que j'aime
Va être plus difficile que de voir le monde sombre,
Que d'éjecter, jeter ces idées qui m'encombrent.
Impossible de faire table rase de mon passé.
Je dois donc m'en servir pour me consolider.
Il faut savoir tirer des leçons de ses chutes,
Ne pas se relever et stopper toutes les luttes,
Ne pas pour autant se battre d'une façon semblable
A avant, autrefois, et paraitre misérable.
C'est plus facile à dire, à écrire même, qu'à suivre,
Comme toutes les belles instructions trouvables dans les livres.
Ma philosophie de la vie est de comprendre
Le pourquoi du comment et ce qui la rend tendre.
Quand j'aurai vu, serai plus sage et plus posé,
Je me souviendrai de cette expédition née
Suite au problème d'un monde tragi-comique commun
Que j'avais sous les yeux, qui m'échappait des mains.
Quand je dis au départ que l'on a tout en nous,
Vivre seul, dans son coin, ce serait être un fou.
La richesse de notre Terre sont les hommes qui la fondent
Et tu trouveras quelqu'un de bien dans ce monde
Pour t'aimer, pour t'aider, te chérir, te sourire.
Il faudra partager ton bonheur, tes soupirs.
Tu as ma confiance, et je me fais confiance. Bien.
On se donne rendez-vous pour juger l'autre demain.



[J'espère que vous vivez toujours, ne pas vous avoir ennuyé, endormi, fatigué avec mon texte un rien "long" mais c'est comme cela quand ça m'inspire ... j'écris ^_^ texte terminé hier soir avant de m'endormir pour une nuit de 7h de sommeil environ.]
Repost 0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 10:14


(dessin provenant d'ici)


Cette fois-ci, je vais parler d'un slameur, Abd Al Malik connu et reconnu grâce à son album Gibraltar. Maintenant, il en sort à nouveau un nommé Dante que je suis entrain d'écouter sur deezer (ici). Comme avant, il reste spécial mais un bon poète. Je vous conseille d'écouter son album pour découvrir quelque chose, un style nouveau, un style que j'apprécie. Il est doué c'monsieur :)



Edit : ma préférée est "Le marseillais" dans l'album Dante (mais HLM Tango est bien aussi ^^) et "Saigne" dans l'album Gibraltar. Bonne écoute =)
Repost 0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 10:18

Et même si depuis peu
Ma vie est belle et bleue,
Même si ton plus cher voeu
Est de me voir joyeux,
Ne crois pas aux miracles.
La joie moi je la tacle.
C'est plus facile d'être triste,
De rester pessimiste.

Et même si aujourd'hui
Je n'ai plus de soucis,
Même si ton plus beau rêve
Est d'voir ma peine en trêve,
Ne crois pas aux miracles.
La joie moi je la bacle.
C'est plus facile d'souffrir
Quand nous souhaitons écrire.

Je suis un petit homme
Qui se cache sous les pleurs,
Qui s'éloigne du bonheur,
Qui est con donc en somme.
Je suis un petit homme
Qui se cache sous la peur,
Qui s'éloigne d'la douceur
Et qui l'plaisir le gomme.

Je suis un petit gars
Qui rêvait autrefois
De plaisir et de joie
Librement, tout comme toi.
Mais tu remarqueras
Que depuis je n'peux pas
Mais ainsi j'me déçois.
Moi aussi j'en ai l'droit.




[J'ai directement débuté ce texte par "j'suis heureux mais en fait non" ... c'est pas un signe ça ?? peut être que tout simplement je me sens incapable de faire un texte qui sent la joie de vivre. Eh ben je vais essayer prochainement =) okay ?? Je pense que je vais aussi faire un texte sur l'amour, pour changer =) mais j'aime tellement écrire sur l'amour alors ... j'vais l'faire ^^
Désolé aussi d'enchainer avec les textes mais là, j'sais pas pourquoi, j'suis inspiré ... les vacances ?? :D
]
Repost 0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 10:12


° T'as du mal à penser au suicide sans pleurer

° Mais peut-être que tes larmes essaient de te leurrer.

° Tu ne sais plus qui tu es ni plus quoi penser

° Mais peut-être n'appartiendras-tu plus qu'au passé.

° Ce texte je l'écris pour les autres, non, pas pour moi,

° Pour ceux qui ne s'expriment pas et n'ont plus de voix.

° Tu es triste, je te comprends, oui, ne t'inquiète pas.

° Je t'écris pour que tu t'éloignes de l'au-delà.

° Là-haut, la vie n'est pas ce que tu crois, super.

° Là-haut, la vie n'est pas, et que ce soit bien clair.

° La vie, qu'elle soit belle ou moche, n'a pas de dessert,

° Pas d'enfer, paradis, que devenir poussières.

° Ecris, même sans envie, tes soucis, tes problèmes.

° Ecris ce que tu hais et puis ceux que tu aime.

° Ecris même si un beau jour tu en as la flemme

° Car nous allons mieux quand c'est nos peines que l'on sème.





[Texte écrit à partir des 4 premiers vers qui sont anciens, que j'ai retrouvé aujourd'hui en fouillant dans un tirroir où s'entassent de nombreuses feuilles. Ces 4 vers s'adressaient à moi, mais désormais, non, ce n'est plus le cas ;)]
Repost 0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 19:04


Je m'en vais de chez moi,
Il est sept heure trente-cinq,

A la bourre, comme toujours,
Ce sont mes pieds qui trinquent.


Je vais prendre le bus
Car c'est plus écolo.

Je n'ai pas de voiture,
J'sais pas faire du vélo.


A huit heure le réveil
La tête dans les aisselles

D'un mec gros, d'un costaud
Ou bien même celles d'une belle


Réveill'rait tout le monde
Ou vous jette à l'hosto

Quand ça devient immonde
Et qu'il fait plutôt chaud.

Quand plus personne ne bouge,
Que l'on est installé,

Démarre la guerre des r'gards,
Comme Castelh' le disait.


Certains deviennent même rouge,
Trop faibles pour tenir tête

A ces vieux et ces vieilles
Qui sont devenus maîtres.


Moi au milieu de ça,
Je me tais et regarde

D'une façon pacifiste
Car il vaut mieux prendre garde.


Moi au milieu de ça,
J'écoute les gens parler

De leur vie, l'inconnue,
Qui me fait divaguer.




 [Où comment voyager peut faire rêver, développer notre imagination ... n'avez-vous jamais entendu une conversation de personne que vous ne connaissez pas et imaginé à partir de là des tas de choses ??
Idée de texte : Sandra (blog trouvable dans mes liens, sandwasblog.skyblog.com)
Merci à toi ;)
]

Repost 0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 13:19

A moitié une découverte faite seul (ya un moment, j'avais vu cette vidéo sans y faire attention) et à l'aide du mouv' qui passait cette chanson il y a peu (peut être encore maintenant). Merlot est un monsieur un peu déjanté d'après c'que j'entends mais j'aime plutôt bien ce qu'il fait (ici <= lien deezer vers son album "Chansons d'amour ... et de haine").

Ci-dessous, découvrez "Mon flingue", petite chanson un peu ... spéciale
:p Bon visionnage.







[oui, je sais, j'avance beaucoup par rapport à il y a peu de temps, mais bon, c'est normal, je suis en vacances =)]
Repost 0