Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 18:57

A.

Ne désespère jamais de trouver ta superbe. Il se pourrait, qui sait, qu'elle ne soit qu'à deux pas, de toi, de là, assise et les pieds nus sur l'herbe, la plus belle des bêtises n'attendant qu'un grand A. Est-ce le printemps qui chante ou le manque qui gémit ? Dire que l'Amour t'enchante, lui qui te torturait. À présent tu es prêt à rejoindre l'Utopie qui semble se trouver près. Mais pour ça il faudrait...

Il faudrait que l'Amour rejoigne les possibles,

Qu'il soit, et pour toujours, l'union indivisible.

Il faudrait que les mots s'accompagnent de beaux actes

Créés au fil de l'eau pour tout garder intact.

Ton idéal c'est elle, telle qu'elle est, qu'elle sera. Sur son dos une paire d'ailes, sur sa tête l'auréole. C'est un ange à tes yeux quoi qu'elle fasse, qu'elle fera. Tu pries Éole, les cieux, pour ne pas qu'elle s'envole ! Tu en rêves jour et nuit, l'imagine, la dessine attristée sous la pluie. Tu veux la consoler, l'entourer de tes bras, lui dire qu'elle te fascine, plus jamais ne sera en ce monde isolée.

Votre amour sera fou, fort et fort formidable.

Il comblera ce trou, depuis l'ère du cartable,

Qui t'habite et t'abîme. Solitude assassine.

Tu atteindras les cimes avec ton héroïne !

25-04-15

Published by WacsiM
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 13:35

On s'ajoute sur tinder puis small talk via twitter.

Tu likes toutes mes photos sur facebook à pas d'heure.

Chacun de mes statuts est commenté par toi

Pour me dire "Tu as vu ? Je suis là, je te vois !"

Je ne peux m'échapper de cette bulle irréelle

Où tu as développé des sentiments virtuels.

Tu me suis sur twitter, facebook et instagram,

Pinterest et flickr pour que perdure la flamme.

Je te fuis. Tu m'effraies. Je me tais, tu m'écris.

En fait je fais les frais d'une loveuse en série,

D'une voyeur d'aujourd'hui, enfant d'une société

Où la technologie m'a clairement dépassé.

Je ne sais pas quoi faire : te bloquer ? M'effacer ?

Lâcheras-tu l'affaire ? Pitié j'en ai assez.

Je n'ai plus qu'à attendre qu'un internaute perdu

Dans tes filets s'fasse prendre. Ainsi m'oublieras-tu ?

 

16-04-15

30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 09:35

- Been there, done that!

- T'es pas le seul...

- Been there, done that!

- Oui mais ta gueule !

- Been there, done that!

- Youpi, c'est cool...

- Been there, done that!

- 'tain tu nous saoules !

 

 

C'est l'histoire d'un garçon que je m'en vais conter. Bien que bon il est con à se la raconter. Amical au début on ne se doutait pas qu'monsieur avait tout vu tout fait et caetera. Puits de science, de savoirs, il aime nous abreuver de connaissances rasoirs, ce toute la sainte journée. On le voit ? C'est parti : "Moi ceci, moi cela." "Sais-tu que moi aussi ?" Jamais de "Je n'sais pas." Ce monsieur c'est lui, toi, c'est parfois une dame, c'est bien sûr aussi moi, ô à mon plus grand dam. Parfois il faut savoir se taire, se faire petit. Dis, penses-tu le pouvoir, toi, monsieur le génie ? Non nous ne doutons pas que t'aies de la culture mais n'étale pas cela comme de la confiture...

 

 

- Been there, done that!

- T'es pas la seule...

- Been there, done that!

- Oui mais ta gueule !

- Been there, done that!

- Youpi, c'est cool...

- Been there, done that!

- 'tain tu nous saoules !

 

 

Pas le droit à l'erreur, tu adores nous reprendre et y mets tout ton coeur. À quoi bon être tendre avec les gens stupides ? La populace est conne. Tu aimes te voir en guide qui améliore la donne. Pour te mettre en avant tu uses de stratagèmes plus ou moins performants. Tu voudrais que l'on t'aime ! Pourquoi n'pas commencer par t'effacer un peu ? N'en as-tu pas assez de tout prendre au sérieux ? À débuter par toi... Madame veut être parfaite et fait de tout des lois. Je t'en prie, dis, arrête ! Non tu ne sais pas tout. Non ce n'est pas bien grave. C'est sûr t'as des atouts mais pour l'heure tu nous gaves. Non nous ne doutons pas que t'aies de la culture mais n'étale pas cela comme de la confiture...

 

29-03-15

24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 11:28

Pourquoi sommes-nous si durs - avec nous-mêmes ?

Il nous faudrait une cure - de "Nous on t'aime !",

De sentiments si purs - qu'aucun n'blème n'tienne,

Plus jamais ne fissure - nos coeurs en peine.

 

Pourquoi ? Pourquoi c'n'est pas la joie ? Dis-moi ? Dis-moi sais-tu pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi c'n'est pas la joie ? Touchons du bois mille fois ma foi pour qu'à, pour qu'à la fin ce l'soit. De quoi ? De quoi ? Qu'ce soit la joie. Pourquoi, pourquoi, oui pourquoi pas ! Qu'ce l'soit, qu'ce l'soit, qu'ce soit la joie !

 

Pourquoi sommes-nous si bêtes - au quotidien ?

Pourquoi se prendre la tête - pour trois fois rien ?

Stop net, perso j'arrête. - Tu ferais bien

D'en faire autant. La fête - et non l'chagrin !

 

 

23-03-15

16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 23:16

Il est bien fort probable

Que tu étais mignonne

Avant d'être exécrable,

Cette incroyable conne.

Je suis même persuadé

Que l'une est cause de l'autre.

Ta beauté t'a gâtée,

Tu n'étais pas si sotte.

Mais aujourd'hui je crains

Que tu n'atteignes le fond :

Sous tes formes un grand rien,

Ce du sol au plafond.

Les tapisseries sont bonnes

Mais tous les murs s'écroulent.

Allez... je te pardonne :

Je n'ai rien contre les poules.

 

16-03-15

2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 14:22

C'était l'été, cette période folle

Où l'ennui et le temps se tuent.

Nos pieds restaient collés au sol

Tant le goudron avait fondu.

Le soleil dominait le monde

Et nous faisait boire des litres d'eau

Qui s'en allaient en sueur... immonde...

Nous nous cachions dans le frigo.

C'était l'époque des randonnées,

Des chats, gamelles et guerres factices,

Le temps des siestes et des goûters,

De la crainte des feux d'artifices...

Nous étions beaux, nous étions jeunes,

Inconscients, insouciants, enfants.

Guère plus haut que trois pommes golden,

Nous étions nous tout simplement.

Mais p't'êt' étions-nous un peu laids

Et qu'il ne faisait pas si chaud,

Que tous les jours on s'ennuyait...

Les souvenirs sont souvent faux !

 

28-02-15

24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 22:47

Je te vois du hublot tu te noies dans les flots la marée est si haute. - Le courant t'emporte loin de mes yeux de mes mains tu t'éloignes de ma faute. - J'aurais dû j'aurais pu te sauver de ce flux incessant insensé. - Toi qui n'en pouvais plus qui la tasse as bien bue te voilà naufragée. - Naufragée - Enragée - Obligée - À nager - Dans les rames - Du tromé.

 

17-02-15

18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 11:40

Comment se fait-ce

Que seules l'amour, la mort, tristesse

M'inspirent vraiment ?

Comment se fait-ce

Que tous les jours j'y pense ne s'rait-ce

Qu'un court moment ?

Comment se fait-ce

Que tous les mots jaillissent, se pressent

Et forment ces textes ?

Comment se fait-ce

Que mon cerveau soit en détresse

Malgré l'contexte ?

 

MOI J'EN AI MARRE / PUTAIN OUAIS J'EN AI MARRE / D'ÊTRE DANS L'BROUILLARD
CE DU MATIN AU SOIR / MOI J'EN AI MARRE / PUTAIN OUAIS J'EN AI MARRE / DE CE CAFARD / QUI ME POURSUIT L'BATARD

 

Comment se fait-ce

Que le doute plâne et puis m'agresse

Quand tout va bien ?

Comment se fait-ce

Que les joies fânent et disparaissent

Pour trois fois rien ?

Comment se fait-ce

Que je subisse la vie, le stress,

Même aujourd'hui ?

Comment se fait-ce ?

Je tombe, je glisse, me casse, le blesse

Sans faire de bruit.

 

16-02-15

16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:39

J'y fais face et ne sais que faire.

Combien de temps avant d'agir ?

Autant le dire c'est un enfer

Dans lequel je ne veux vieillir...

 

Je suis un prêtre, heureux fidèle,

Et un marchand un peu truand,

Un bon à rien qui fixe le ciel

Et un acteur/intermittent.

 

Je prie mon Dieu toute la journée,

Essaie d'arnaquer mes clients

Mais surtout apprends à glander,

Joue des pièces régulièrement.

 

Moi je n'aime que le créateur,

Moi c'est l'argent, en cash surtout,

Moi regarder passer les heures,

Moi les émotions que je joue.

 

Je suis un, deux, trois, quatre, plusieurs.

Je suis surtout perdu. C'est con

De prendre une décision. J'ai peur.

Comment savoir quel choix est bon ?

 

15/02/15

10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:09

Où serai-je ? Que ferai-je

A la fin du chapitre ?

Qu'en sais-je ? Pour tout t'avouer

Je doute même sur le titre.

Je suis en rédaction

Semi-automatique

D'un roman dont j'espère

Une histoire utopique.

Dans le flou, dans le doute,

A l'existence précaire,

Je fais face à la vie :

Oui mais que vais-je en faire ?

Sans être pro en impro'

Je ne vois que cette voie :

Avancer sans freiner

Dès qu'il y a un choix !

Bien sûr que ça effraie,

Que l'on s'inquiète pour moi

Mais je crois en ma chance :

Allez savoir pourquoi !

 

10-02-15