Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 13:15

Dépêche-toi - tu es en retard.

Magne-toi - n'fais pas ton bâtard.

Les autres t'attendent des heures durant

Durant lesquelles tu prends ton temps...

Bouge-toi - c'n'est pas le moment,

Tu l'penses toi? - d'app'ler tes parents...

Tu pars à l'heure du rendez-vous

Et n'comprends pas qu'on devienne fou !

 

On t'apprécie si si c'est sûr mais quand t'es en r'tard c'est plus dur. On t'aime comme t'es y a pas d'blème ouais mais quand t'es à l'heure c'est plus vrai...

 

Un quart d'heure ? Soit. C'est justifiable.

Une demi-heure ? T'es d'jà plus fiable !

Une heure ou plus... tu n'respectes rien

Mais malgré ça putain préviens !

Sous prétexte qu'on est habitué

Monsieur n'fait plus aucun effort.

Tu n'cherches même plus à t'excuser,

C'est aussi malpoli que fort !

Sont-ce tes parents qui t'ont appris

A être en r'tard sans aucune gêne ?

Non c'n'est pas dans tes gènes. Promis.

Donc yapluka! Ce s'rait gégén' !

 

On t'apprécie si si c'est sûr mais quand t'es en r'tard c'est plus dur. On t'aime comme t'es y a pas d'blème ouais mais quand t'es à l'heure c'est plus vrai...

 

Cadeau d'anniv' : une superbe montre

Et des remarques à chaque rencontre...

Pas la moindre once d'compréhension

De la si triste situation.

Monsieur est con, n'a pas compris

Qu'il est juste pris pour un blaireau

Qui ne considère pas autrui.

Vas-y prouve-nous que l'on a faux !

Dépêche-toi - tu es attendu.

Magne-toi - c'est déjà tendu...

Comment veux-tu faire patienter

Encore un peu tes invités ?

Nous nous sommes endimanchés

Pour une dernière fois t'retrouver.

Bouge-toi - comme d'hab' on t'attend.

En r'tard à ton propre enterr'ment...


 

24/10/14

Repost 0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 12:23

Oui je suis désolé

Si je suis affolé

Dès que j'n'ai pas le nez

A mon portable collé.

 

Bien sûr que je m'excuse

Si tous les jours je t'use

A d'voir tout m'répéter.

Tu crois que ça m'amuse ?

 

J'suis over-connecté,

Je n'peux pas m'arrêter.

Je souhaite me voir damné

Pour ne plus être tenté.

 

Ce n'est pas contre toi,

Je suis addict je crois.

Saurais-tu me soigner ?

Je veux re-dev'nir moi !

 

Il me faut le toucher,

Savoir s'il a vibré

Donc toute la sainte journée

Toujours le vérifier.

 

De quoi ai-je peur vraiment ?

Manquer un évén'ment ?

Peut-être être oublié ?

Ou m'ennuyer seul'ment ?

 

Il faudrait m'contrôler.

Serait-ce si compliqué ?

Avant tout me sevrer.

Mais comment opérer ?

 

Tu vois j'ai des questions

Sans réelle solution.

Mais n'pas désespérer :

Même Sarko change dit-on...

 

06/10/14

Repost 0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:18

Screenshot_2013-12-30-03-25-10.png

 

L'automne est là ! Chaleur va-t-en ! Je veux la pluie, je veux le vent, je veux surtout les feuilles au sol pour couvrir le goudron qui colle. L'été mon cœur est à la fête si bien que j'en oublie ma tête. Automne merci, je peux me plaindre, la joie enfin ne plus la feindre. La météo a trop d'effet sur mes pensées. Oui c'est un fait. Voici la raison pour laquelle l'hiver mon cœur entier se gèle. Je me sens bien dans le chagrin, dans un monde complexe incertain. Même ce soleil pourrait me faire perdre la tristesse dont je suis fier. Vivement la nuit, le froid glacial pour que le doute se fasse la malle : bien sûr que oui le bonheur n'est qu'une utopie qu'on nous transmet dès que l'on nait !

 

23/09/14

 

_______________

 

Qu'est-ce que ce texte de dépressif ? Il m'a été inspiré par cette belle photo envoyée par @sofiecherie ! Le principe de base, proposé par Venise de la #teamécriture était d'écrire ce que l'on voulait à partir d'une photo de quelqu'un d'autre de la team. Alors maintenant je reviens à la question initiale : pourquoi avoir écrit quelque chose d'aussi peu joyeux ? Je ne sais pas trop. Peut-être parce que l'automne était à l'origine pour moi la saison que j'aimais le moins. Ce n'est néanmoins désormais plus le cas. Peut-être parce que ces feuilles sur le sol m'attristaient. Ce serait bien tordu. Ou alors juste comme ça. Parce que j'écris plus facilement des choses tristes, sombres, pessimistes. Et vu que j'aime la simplicité... ;)

 

Les participations des autres :

Repost 0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 14:02

Il fait beau ce matin, le soleil reflète en son coeur. Elle déploie ses ailes et s'en va vers l'ailleurs, ce lieu distant dont on parle tant. Elle rit à l'intérieur mais ne laisse rien paraître, elle n'est pas folle et ne supporterait pas que l'on puisse croire cela de sa personne. Elle est bonne, conne, mais certainement pas folle ! Puis lui vient l'idée soudaine que tout le monde pourrait jouer le rôle de quelqu'un fermé sur ses propres pensées, probablement très importantes et peu réjouissantes. Il suffirait qu'un "dégénéré" se mette à arborer un rictus naturel sur son visage puis surtout qu'il se fasse suivre par un original, et un deuxième pour que, finalement, la planète soit recouverte d'une jovialité bienfaitrice ! Si seulement. Une chose est sûre ce n'est pas le malheur des autres qui la stopperait, pas aujourd'hui, il fait trop beau et tout reste à faire. Alors elle poursuit son chemin pour l'inconnu, les mains hors des poches, le pas pressé et aussi étrange que cela puisse paraître assuré. Elle y va. C'est parti. Pour de bon. Les incertitudes au placard, elle l'a décidé : aujourd'hui elle vit !

 

15/09/14

Repost 0
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 19:59

On se construit un beau passé,

De jours en jours, de nuits en nuits.

On ne se laisse jamais glacer

Par la solitude et l'ennui.

On dévore tout, on est des fous

À l'appétit démesuré.

De l'overdose nous on s'en fout

Pourvu que l'on ait profité !

On est des gosses, on le sait bien,

Et on en joue au maximum.

Y a qu'à nous voir p'tit chérubins

Rêvant d'amour, de tout en somme.

On s'accroche vite, pourquoi attendre ?

Seule la passion fait qu'on avance.

Pourquoi durcir nos cœurs si tendres ?

Pour rien, alors : allez, qu'on danse !

 

07-09-14

Repost 0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 11:33

Oui

On s'apprivoise en quelques mots
Puis on rigole comme des marmots.
On aime faire monter la tension
Avec des points de suspension...
Nos relations épistolaires
S'en vont souvent comme des éclairs.
On rêve un peu puis on se lasse.
Mais que le temps est dégueulasse !
On ose s'imaginer des choses,
Un univers bleu clair et rose
Mais tout finit par s'assombrir.
Ne nous restent que deux trois soupirs !
Un jour peut-être nous nous verrons,
Débuterons une relation,
Ou bien nous nous rendrons compte
Que ce n'était qu'un nouveau conte
Aux personnages bien romancés
Éloignés d'la réalité !
Un jour peut-être, ou bien une nuit,
Pour être honnête j'attends ton "oui".

06/08/14

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:00

Avançons côte à côte dans ce brouillard constant. Avançons droit devant et tant pis pour les fautes que nous ferions ensemble. Nous ne sommes pas parfaits mais notre amitié l'est. C'déjà bien il me semble. Les pages de notre histoire nous les écrivons vite de crainte que l'on se quitte sans se dire au revoir. Si la route nous sépare suite aux péripéties du roman, de la vie, je conserve bon espoir :


Nous nous retrouverons
Dans ce monde ou ailleurs.
Toi mon frère, toi ma sœur,
Nous nous retrouverons.
Nous nous retrouverons
Pour mon plus grand bonheur,
Pour le pire, le meilleur,
Nous nous retrouverons.

 

On se porte, se supporte quand l'un de nous trébuche, quand on se prend des bûches, que la douleur est forte. Nous sommes une team, un crew, une clique, une bande, un groupe avec le vent en poupe, des gens qui forment un tout. Nos parcours se poursuivent, nous suivons les mêmes rails donc pourvu que tout aille. Et même si l'on dérive je n'ai pas vraiment peur de ce qui peut venir, du futur, l'avenir. C'est sûr selon mon cœur...

Nous nous retrouverons
Dans ce monde ou ailleurs.
Toi mon frère, toi ma sœur,
Nous nous retrouverons.
Nous nous retrouverons
Pour mon plus grand bonheur,
Pour le pire, le meilleur,
Nous nous retrouverons.

 

Oui je n'écris ces lignes que pour me rassurer. Je veux voir perdurer ce qu'on a, comme le signe d'une bien belle réussite. Même s'il n'est qu'amical, en aucun point banal, le coup de foudre existe. Je vais être redondant mais j'en éprouve l'envie : si tu le souhaites l'ami(e) j'suis là à tout moment pour poursuivre le chemin, construire des souvenirs, pleurer et bien sûr rire. T'inquiète, à tout moment...

Nous nous retrouverons
Dans ce monde ou ailleurs.
Toi mon frère, toi ma sœur,
Nous nous retrouverons.
Nous nous retrouverons
Pour mon plus grand bonheur,
Pour le pire, le meilleur,
Nous nous retrouverons.

 

(04/08/14)

Repost 0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 18:58

Oui le monde est pourri et les gens égoïstes. Pour beaucoup la sortie ne rime qu'avec folie.

On s'affole, on picole pour cesser d'être triste et le temps de l'effet de l'alcool on oublie. On oublie les infos partagées aux JT, la puissance de nos maux, l'impuissance de nos mots, le bateau sur lequel nous avons embarqué qui prend l'eau, qui s'enfonce. Et nous piètres matelots... On oublie la souffrance en vidant les bouteilles qui deviennent les cadavres que nous refusons d'être. Nous fermons les deux yeux et bouchons nos oreilles, préférons nous cacher sous le voile du paraître. Mais nous sommes bien stupides car nous creusons nos tombes en agissant ainsi. C'est si facile d'être lâche ! L'espoir ne peut pas être car notre peur le surplombe. Si elle a du courage la société le cache...

 

A-llez-bouge-toi allez bouge!

Je-vois-rouge-moi je vois rouge!

 

Les conflits s'additionnent par-ci par-là partout et pas un n'est géré. Monde autodestructeur. Se rendre compte de ceci sans pour autant être fou, se dire que tous les autres le sont et avoir peur. C'est la merde, on le sait, on se tait, rien ne change. On rêve d'un paradis, de l'après pour toujours car ainsi on s'éloigne du monde qui nous dérange. On vit au jour le jour en attendant notre tour. Nos parents, résignés, ne nous préviennent_ pas nous laissant la surprise ô combien déprimante. Ignorants nous marchons droit devant, sur leurs pas, en ne craignant personne. Après tout tout se tente ! Alors pourquoi depuis avons-nous tant changé ? Déprimer c'est bien beau mais ça ne sert à rien. Croyez-vous que l'on puisse à nouveau espérer, modifier le présent pour un meilleur demain ? Moi j'y crois et tant pis si l'on me traite d'enfant. Je préfère croire en nous que pleurer dans le vent !

 

Allez-bouge-toi allez bouge !

 

22/07/14

Repost 0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 12:22

Tu la vois ?
Elle s'ennuie elle aussi.
Tu y crois
À l'amour pour toujours ?
Elle te voit,
Te sourit. C'est fini.
Ne crois pas
Pouvoir faire demi-tour.
Et puis si,
Si c'est elle qui est celle ?
Aujourd'hui
C'est possible. C'est ta cible.
Oui mais si
Ton cœur frêle elle le fêle ?
Ben tant pis.
C'est la vie imbécile !

22/07/14

Repost 0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 14:38

Monsieur a un regard hautain.

C'est que monsieur est d'la haute hein !

Il n'est pas comme tout un chacun,

Dans sa p'tite mare c'est le requin.

Il ne te connait pas, pourtant

Il veut déjà te bouffer cru.

C'est son p'tit kiff de temps en temps

Détruire au mieux les inconnus.

Les yeux fixés sur tes vêt'ments

Y a pas besoin d'ouvrir sa bouche.

Il te foudroie subitement

Et même si tu t'en fous ça t'touche.

Monsieur aime bien te rabaisser

Pour essayer de s'élever

Mais il n'atteint en vérité

Qu'les bas-fonds d'la médiocrité !

Monsieur est, on peut l'dire, un con

Et c'est encore un peu gentil.

Des gens comme lui nous nous passons.

Mais pour l'coup je lui dis merci.

Monsieur a un regard hautain

Sauf qu'il m'inspire alors c'n'est rien !

 

09-06-14

Repost 0