Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 11:24

Tu es belle, tu es celle

Dans mon coeur pour toujours.

Je t'adore, t'étincelles

Mon âme soeur, mon amour.

Je t'admire ma princesse,

L'avenir de mes jours,

De mes nuits, une caresse,

La promesse d'un beau tour

Dans les rêves et les songes,

Le plus pur romantisme.

Peu importe leurs mensonges,

Rien n'atteint le lyrisme.

 

Quelques vers authentiques,

Quelques mots démodés,

Je veux rendre atypique

Cette passion partagée.

Des sourires et des rires

Echangés, rédigés,

Nos malheurs, nos délires,

Tout devra y passer.

On est un, on est tout,

On est bien c'est un fait.

Et s'ils pensent qu'on est fous,

Ce n'est rien ! C'est parfait !

 

 

13/11/13

Repost 0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 09:30

Cesse de t'énerver. Cesse d'être un enfant. Cesse de pleurnicher. Cesse ne s'rait-ce qu'un temps. Tu aimes bien te plaindre de la vie, de tout. Il est vrai que geindre ne coûte pas un sou. Toujours tu reproches les erreurs des autres, éclaires à la torche la moindre petite faute mais quand c'est les tiennes tu changes d'attitude, quittes l'avant d'la scène. Sûr qu'nos mots sont rudes mais tu les mérites et quelques insultes. T'as le don, t'irrites enfants et adultes. Quelques claques à ça et ça redémarre. Non ne t'étonne pas qu'on t'appelle connard.

 

05/11/13

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 12:57

De l'eau glisse sur les vitres dans des reflets somptueux. Les lumières de la ville amplifient la beauté de mon souvenir d'enfant, la pluie, elle, le rend plus mystérieux. Les mirettes grandes ouvertes j'observais tout ce qui m'était possible d'observer. J'étais atteint de curiosité chronique. Le froid hivernal créait de la buée à chaque parole et chaque souffle, c'était aussi agaçant qu'amusant.

 

Mon livre de chevet d'alors était un catalogue de Noël d'une célèbre marque de distributeur. Dedans des dizaines de pages étaient écornées, gribouillées, effacées tellement je les avais lues. Il me suivait partout où j'allais tel un fidèle compagnon. Dans le cas présent (ou plutôt passé), à l'arrière de la citroën bx grise, il était ouvert sur mes genoux à la page des voitures radio-commandées.

 

La tête dans les nuages, le décor défilait sous mes yeux qui restaient fixés dessus sans vraiment l'être : j'étais davantage dans mes pensées que dans la bagnole. Le père Noël n'allait pas tarder ! À moins qu'à l'époque il n'était déjà plus qu'une déception enfantine, je ne sais plus.

 

 

25-10-13

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 10:15

P2P

Il n'faut pas réfléchir, ne surtout pas fléchir, déchirer l'pessimisme pour éviter le pire. Dév'lopper l'peer to peer, partager les sourires, opter pour le lyrisme aux dépens des soupirs. Je m'répète tu vas dire, je m'entête à écrire qu'il faut plus d'optimisme mais vas-tu m'contredire ? La joie j'veux la vomir et ne plus en dormir, qu'ce soit un cataclysme, qu'elle soit mienne pour finir.

 

Pas la place pour la haine, pour les peines, vies malsaines, les amours torturés et les amitiés naines. Fuis les personnes hautaines qui dans les parages trainent. Seul, mal accompagné, oui ce genre de rengaine... Evite ce qui te gène, toute la mauvaise gangrène. Il faudrait naviguer dans des eaux plus sereines. La vie n'est pas une chienne, une pute, une lutte, une hyène. J'essaie de partager l'espérance qui est mienne.

 

Quelques chats dans des gifs, pour certains deux trois spliffs, s'enlacer lors d'une danse, vibrer au son d'un riff ou d'GTA the fifth, se faire couper les tiffes, en fait quand on y pense tout peut devenir kiffs. Toi qu'en as dans l'calcif ou bien dans le soutif, il faut saisir ta chance, t'écarter du récif où les gens sont passifs. Sans attendre la redif', profite d'ton existence. Elle n'attend pas. Sois vif.

 

Ne deviens pas aigri ou tu seras comme lui : un vieux morceau pas tendre, égoïste et moisi. Choisis la vie j't'en prie et puis les autres aussi. Ils ont tant à t'apprendre, la bonté les emplit. Une fois pris le bon pli ne te quitte plus. Promis. L'optimisme est à prendre : range ton fric, c'est gratuit. Au goût de paradis la joie est mélodie que l'on choisit d'entendre dans c'vacarme infini.

 

Ca fait beaucoup de mots alors qu'ce n'est qu'l'intro, une succession de rimes qui s'arrête très bientôt. Cela te semble idiot ? Un vrai poème d'ado ? Rien d'anormal, WacsiM est un grand bambino. Les nerfs à fleur de peau j'en ai marre de mes maux et de ce qui m'abîme. Pour une fois j'vois plus haut. J'veux desserrer l'étau, sortir la tête de l'eau et bien sûr si tu trimes t'emm'ner sur mon radeau.

 

27-09-13

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 14:29

Mais où sont passées les étoiles ?

Il y a comme un voile

Qui couvre le ciel

Ce soir.

 

Où sont-elles ? Je m'entête, t'embête

Mais quand je lève la tête

Il n'y a que

Du noir.

 

De quoi peuvent rêver les enfants

Avec les astres absents ?

D'argent... de sexe...

De gloire...

 

J'oublie l'époque désorientée.

Pour la remettre sur pied

J'veux voir le ciel

Pleuvoir.

 

 

24-09-13

Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 14:47

C'est bon, tu as fait le tour. C'est fini.

Plus de nouvelles personnes.

Tu ne connais certes pas tout le monde mais c'est prouvé statistiquement, tu ne feras plus aucune rencontre.

 

Alors, ça fait comment ?

 

Les gens que tu as croisé à ce jour sont et resteront les seuls que tu puisses voir à présent.

Si tu es seul(e) dis-toi que tu as déjà croisé ton âme soeur. À moins que la tienne ne soit fille unique, auquel cas tu resteras seul(e) ad vitam eternam.

 

Ca doit faire bizarre.

 

J'imagique que tu as dû essayer de tous te les remémorer, les gens que tu connais, que tu aimes, que tu détestes, que tu as oublié. Ils le font tous.

Et bien sûr tu as pleuré, bien sûr. Alors qu'il n'y a rien en soi de tragique dans cette affaire, tu es ni la première ni la dernière personne à avoir atteint la limite. Eh non, ton cas n'est pas original.

 

Tu recommenceras à vivre normalement (si l'on peut qualifier ta vie de normale) et personne ne remarquera de différence. Tout simplement parce qu'il n'y en a pas. Point final.

 

 

09-08-13

Repost 0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 11:01

 

Ma taille est-elle normale ?

Suis-je trop petit ?

Mon corps est-il trop gros ?

Ma tête aussi ?

Et me trouve-t-on pas mal ?

Au moins gentil ?

Suis-je un bon amigo ?

Un ennemi ?

 

Dois-je être plus optimiste ?

Ou pessimiste ?

Tuer mes espérances ?

N'est-ce pas trop triste ?

Cesser d'être nihiliste ?

Voire croire au Christ ?

Ou compter sur la chance ?

Tel un artiste ?

 

Que pensent les gens de moi ?

M'apprécient-ils ?

Pour qui je suis vraiment ?

Un imbécile ?

Un homme sans foi ni loi ?

Un playmobile ?

Un jeune homme bien charmant ?

Avec du style ?

 

Dis qu'en est-il du temps ?

Est-ce à gagner ?

Faut-il courir après ?

Même fatigué ?

En quoi est-ce de l'argent ?

Peut-on l'placer ?

Et toi qu'est-ce que t'en sais ?

T'es fortuné ?

 

Ai-je pris le mauvais pli ?

Faut-il me taire ?

Devrais-je moins réfléchir ?

Lâcher l'affaire ?

Laisser couler la vie ?

M'en satisfaire ?

Oublier les soupirs ?

La tête en l'air ?

 

Est-ce mieux de planifier ?

S'organiser ?

Ou bien de jouer l'impro ?

Ne rien changer ?

Car jeune, dois-je profiter ?

Me rebeller ?

Plutôt me coucher tôt ?

Pour travailler ?

 

Ai-je encore des questions ?

Des doutes qui plânent ?

Les idées à l'envers ?

Le "euh" qui gagne ?

Je n'ai plus de raison ?

Cerveau en panne ?

Peut-être est-ce le contraire ?

Est-ce qu'il me tanne ?

 

 

Les questions s'additionnent

Dans mon âme en détresse.

Les réponses qu'on me donne

Ne font rien pour qu'ça cesse.

 

 

 

23/08/13

Repost 0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 12:00

Don't know what to say,

Don't know what to do,

Don't know who to pray,

Do not have a clue.

Need a goal in life,

A reason to live.

Perhaps need a wife.

Need a damn to give.

 

 

I'm lost. To lose lost lost. Not a loser, just a regular guy with too many directions ahead of him and a choice to make. Don't want to stay where I am but I am still a lil' bit frightened by the unknown in front of me. What will I discover? Who will I meet? Who will I become? Questions, always questions. So answers, where the fuck are you? Excuse my language, I didn't mean to be rude, but you know how it is. It's sunny outside, I am sure some people would see it as a sign. Too bad I'm not like them, life could be easier. There's a plan for everyone and bla and bla and bla. That kind of bullshit. Right now I'm alone and I have to find my way, I have to.You know how it is. You don't? Me neither. I...

 

 

Don't know what to say,

Don't know what to do,

Don't know who to pray,

Do not have a clue.

Need a goal in life,

A reason to live.

Perhaps need a wife.

Need a damn to give.

 

 

I can copy people, I sure can. But it doesn't make any sense to me. I need to do something I want, in my way. The only problem is: which way am I talking about? When I was a kid I used to think life was easy. In fact, it is when you're a child. Then you grow up. You have to be someone, to deal with shitty stuff, to face problems and still be smiling. I'm clearly a bad actor. I hope I'm not a bad human being. I enjoy my days thanks to my family and my friends but that's not it. It's not enough. Sorry for them but it's true. I'm sure they understand, perhaps they feel the same way. Always that fuck*ng way. But now I just...

 

 

Don't know what to say,

Don't know what to do,

Don't know who to pray,

Do not have a clue.

Need a goal in life,

A reason to live.

Perhaps need a wife.

Need a damn to give.

 

 

08-08-13

Repost 0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 14:30

 

Tu es lisse, oui tu glisses

Dans la mémoire des gens.

Pas le moindre caprice

Tu t'effaces comme le vent.

Ton style est si commun

Qu'il est indescriptible.

Tu as tout de l'humain

Que l'on prendrait pour cible.

Pas un mot de travers,

Par derrière, assassin,

Pas une trace de colère,

Aucun regard malsain.

On s'ennuie avec toi

Comme avec des rats morts,

Une assiette de p'tits pois,

Des vacances dans le Nord.

Tu m'attristes quelque peu

Mon ami, si j'ose dire,

Bien que tu sembles heureux

Si j'en crois tes sourires.

Bien sûr tu es gentil...

Ce que c'est étonnant...

Ne donne jamais d'avis

Par crainte d'être contrariant.

Tu es simple et simplet

Avec aucun relief.

Mais le fais-tu exprès ?

J'en doute fort. Enfin bref...

Tu es trop bon trop con,

L'expression est parfaite

Pour remplacer ton nom

Qu'on oublie. C'est un fait.

Tu es l'homme invisible,

Impassible et tranquille.

Même si tu es ma cible

Tu ne bouges pas d'un cil.

Tu m'énerves enfoiré,

Débile né à l'air sot,

Encore à m'observer

Dans l'miroir d'la salle d'eau.

 

 

21/08/13

Repost 0
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 16:00

Sentiments partagés, le gris tue le blanc et le noir. C'est moche à visionner. Vas-tu pouvoir ? Je me sens si souvent inculte, les connaissances se suivent, s'annulent, se catapultent. De but en blanc rien ne me vient. Ce que c'est chiant putain. Dès que le débat s'élève il me perd dans son envol. Ça me tue, ça me crève et me désole. Impossible d'être calé sur un quelconque sujet, thème, secteur, domaine. Cela me peine mais je m'y suis habitué, j'ai toujours été à la traine. Regarde-les discuter et voyager dans les années et les hauteurs. D'en bas je participe et cite deux trois noms d'auteurs. Gloire. Passagère. Ce que je suis fier. Nous autres les petites gens pouvons nous satisfaire de peu et, étant sans moyens, c'est mieux. Notre culture est populaire, c'est ainsi qu'on la nomme, pour ne pas trop de mal se faire. La populace du fond de la classe vous embrasse nos élites. Ne nous voilons pas la face, nous ne sommes pas des lumières mais un mot de travers et la sympathie à votre égard nous quitte.

 

 

10/08/13

Repost 0