Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 13:11

I am alone
Just like no one !!!*
I'm a person
who's feeling down !!!*

I am so sad
To have no friend !!!*
That makes me mad
And comes the end !!!
*



Too fast to live
Too young to die.
Too sad to smile
Too old to cry.
Too bad to win
Too good to fail.
Too mad to think
Too poor to lie.



To be lonely
Is terrible !!!*
To be friendly
Impossible !!!*

I'd like to be
A handsome boy !!!*
But too crazy
I'm just a toy !!!*


[texte écrit rapidement et surtout court, inspiré dans ce trip ...]
Repost 0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 13:22
 
LETTRE A MOI-MEME :


Auparavant, je me disais "un pro de l'impro" (pour la rime surtout :p)
Mais je constate que l'improvisation n'est pas réellement mon fort ... non ... dans une situation non prévue, même parfois prévue, je ne sais que faire ... je ne suis que l'ombre de moi-même à moins que mon ombre ne soit réellement moi-même ...
Bref ... dur de vivre naturellement lorsque l'on côtoie diverses personnes qui semblent plus vraies les unes que les autres !!!*



Il m'arrive même de les envier d'être aussi naturels !!!*


DCFC0032.JPG
(mode essai d'être souriant :s)


DCFC0030.JPG
(mode pas beau)


DCFC0026.JPG
(mode encore moins beau)


On m'a déjà dit que au premier coup d'oeil, je faisais prétentieux ... mais comment me changer alors ? (:s)
Cela m'a surpris, je ne pensais pas refléter un frimeur étant quelqu'un qui se pose des questions sur beaucoup de choses ... les frimeurs, c'est pas ceux qui sont sûrs d'eux tout le temps ?
Quoi qu'il arrive, j'essaie de changer ça ... et aussi étrange que cela puisse paraitre, j'essaie aussi d'être plus sûr de moi car ça me fait défaut ... net ...
Bref ... encore tant de choses à modeler en moi ... du travail encore pour 100 ans !!!*



Je vais me tuer à la tâche ... trop de choses à changer !!!*

Repost 0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 14:47

[Voili voulou ... 80 textes sur mon blog ...]

D@n$ 20 t€xt€$ ç@ f€r@ 100, d@n$ 120 t€xt€$ ç@ f€r@ 200, d@n$ 220 t€xt€$ ç@ f€r@ 300 €tc €tc... €rrOr $y$t€M !!!*

[Voili voulou ... 80 textes sur mon blog ...]

Repost 0
Published by WacsiM - dans ... autre ...
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 14:37


_____________________________________

DCFC0001.JPG_____________________________________



Le ciel pleure, lentement
Remplissant les ruisseaux
Pousse une fleur, preuve du temps
De l'avant pour bientôt

Un humain trop normal
Tient le mal dans ses mains
Dès demain l'Homme banal
Rendra pâle le monde sain


Il se lève lentement
Prend son temps puis achève
Bien les rêves des enfants
Il est grand, faut qu'ça crève

Le goudron apparait
Disparait les bourgeons
L'Homme est bon il parait
Je dirais qu'il est con

La nature dort encore
Car sont morts ses acteurs
Bien que dur fut le sort
Les remords viennent au tueur

Ce matin l'heure est grave
L'Homme déprave la Terre mère
Car l'humain n'est plus brave
Car il grave sa colère

La nature inhumaine
De l'Homme peine la nature
La torture de cette reine
Qui n'est sienne tue l'futur




[cette fois-ci, c'est Renan Luce qui m'a inspiré ... mais bon, loin d'avoir son talent, voici mon texte ... court, simple]
Repost 0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 14:22

Une belle promesse a ses faiblesses
Elle apparait telle une caresse
Qui ne survit qu'dans la détresse
Qui disparait dans la paresse


Fatigué par l'idée de me lever
J'ai préféré aller me recoucher
Encore une nuit passée trop agité
Loin de ma famille et de ma contrée
Un jour, sans prévenir, j'ai du m'enfuir
Courir pour échapper à l'avenir
Tous mes prôches n'ont pas compris que le pire
Etait à venir, était là pour nuire
Depuis, je rôde à l'étranger en paix
Mais mes jours n'sont pas comme je les rêvais
Mon sentiment de nostalgie épais
Je vous le dis, un jour, je reviendrai



Une belle promesse a ses faiblesses
Elle apparait telle une caresse
Qui ne survit qu'dans la détresse
Qui disparait dans la paresse


Eveillé, je me suis remis debout
Moi qui vivait fou avec le dégoût
Le dégoût de tout, de mon pays mou
Ma vie, quelques souv'nirs mis bout à bout
Le passé remplacé par le présent
Que de vagues pensées à mes deux parents
L'avant est ignoré en grandissant
L'après devient beaucoup plus important
Quelques couleurs et odeurs me reviennent
De cette contrée qui était jadis mienne
Mais son action maint'nant me parait vaine
Je ne veux plus jamais connaitre la peine



Une belle promesse a ses faiblesses
Elle apparait telle une caresse
Qui ne survit qu'dans la détresse
Qui disparait dans la paresse



[texte écrit quasiment après avoir lu "L'ignorance" de Milan Kundera portant justement sur la nostalgie ... voilà le résultat d'un bon livre ... il m'inspire :)]
Repost 0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 13:08

_____________________________________


DCFC0034.JPG
photo prise volontairement en flou ... pour aller avec la "folie" du texte ...
_____________________________________




Il m'énerve à siffler sans arrêts, ça me crève
Il me saoule à se croire un mec bien, un mec cool
Dans mes rêves mes oreilles et ses lèvres ont une trêve
J'ai la trouille que de son esprit des mots découlent
Mélodie mélodieuse est en rien envieuse
A ce son inconnu trop
horrible pour être bon
Symphonie élogieuse devrait être si rieuse
De ce con non déçu par toutes
ses productions

Epuisé par tous ses sifflements incessants
Je m'enfuis dans
mes cris, dans mes bruits, ma folie
Ennuyé par ce qui rend mes
oreilles en sang
Je subis sans agir, sans gémir, la tuerie
Larmes aux yeux, tête en feu donc je fais mes adieux
Aux musiques, aux chants et chanteurs charismatiques
Tiens il pleut, c'est que sa voix a
atteint les cieux
Mes mimiques lui sont devenues humoristiques

A l'abris, je le suis, ici, au paradis
Lui sur Terre génère l'enfer verbale,
sa colère
Son débit d'âneries,
un boulet, fait de lui
Pour le taire, rien à faire, même le mettre sous la mer
Vide de chance, il a du le faire exprès, je pense
Le voilà, griffé, tué, par un tout petit chat
Pas immenses voire très
courts, mon repos, mes vacances
Il me voit, se rapproche et me montre
sa voix

Je fais tout pour ne pas devenir
plus que fou
Mais trop tard, le hasard fait qu'il remeurt ce soir
Je suis saoule,
Dieu le père vient, je lui fous un coup
Je repars, on m'arrête,
Satan me donne l'cafard
Mais tant pis,
j'suis happy d'plus entendre aucun bruit
Mort deux fois, le gars gaga ne revivra pas
Sans soucis, je m'en fiche que le diable me détruit
J'ai la joie d'être en paix, d'être tranquil
pour une fois


[texte où je me suis amusé à lier la folie, la musique, la poésie, des sons semblables se suivant et qui finalement me plait plutôt bien ...]
Repost 0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 19:22

Dès aujourd'hui je vais mourir
Je m'en vais rejoindre le trépas
Je le sais bien j'aurais dû fuir
Mais ça ne me ressemblait pas
Nous vivons un évènement
Dont on se souviendra demain
Quelques soldats emmènent des gens
Dans les wagons pour bêtes d'un train
On est serré comme pas possible
A peine l'espace pour respirer
Leur haine envers nous est visible
Comme leur bêtise, leur cruauté
On nous décharge comme du bétail
Dont on ne prendrait même pas soin
Dans leur "solution" aucune faille
Car c'est tout à fait inhumain
Là, je vis mes derniers instants
La peur et la colère gagnants
Je quitte la Terre, j'en suis conscient
En la laissant plus mal qu'avant
On nous sépare en deux rangées
Des camions prennent les femmes, enfants
Mais moi ayant la jambe cassée
Je suis avec en bon fainéant
On nous transporte dans un lieu prôche
Tout le monde est déshabillé
La salle où l'on se trouve est moche
Mais ils vont quand même nous laver
Ils ne connaissent pas la pudeur
Ils s'occupent tout de même de nous
Les allemands crient, les enfants pleures
Ce qui se passe ici est fou
Je me demande : nous tueront-ils ?
La douche commence, le Zyklon B
Un peu plus tard nos corps s'empilent
Pour finalement être brûlés

Repost 0
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 14:24

Je hais ce que tu es
Tu suis ce que je suis
Je fuis ce que tu dis
Tu aimes ce que je sais
Tu es là, j'en suis las
Je m'endors, tu me colles
Tu as tort, tu es folle
De moi mais pourquoi ça ?


Il est fou de ton corps
Tu l'ignores, lui il t'aime
Il t'écrit des poèmes
Tu t'en fous qu'il t'adore
Il n'a d'yeux que pour toi
Dans ses rêves t'es sa reine
Tu l'évites ça le peine
Tu t'éloignes de ses pas


Elle ne vit que pour lui
Lui perdu dans ses songes
Ne la voit, ça la ronge
Car son amour reluit
Il n'entend pas sa voix
La chaleur de son corps
Est un leurre qui la mord
Mais elle poursuit sa voie


Je l'aime quand elle sourit
La prunelle de ses yeux
Est si belle et si bleue
Qu'elle reste dans mon esprit
Elle ne sait pas qui je suis
Je souffre suffisamment
Elle veut un autre amant
Elle me rejette sans bruits


L'amour est un trésor
Prenant sa source au coeur
Quand l'un de nous quatre pleure
Les autres en souffrent encore
Moi j'aime elle, elle aime lui
Lui il t'aime, toi c'est moi
L'amour n'a pas de loi
Et on l'a tous subi



[je me souviens d'un mini texte anglais qui avait le même sujet, un homme aimant une femme qui aimait un homme qui lui aimait une autre femme qui aimait le premier homme ... en bref, personne n'était heureux ... j'y ai donc pensé en écrivant sans avoir de but au début ... voilà le résultat :D]
Repost 0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 19:05


moi0002.JPG

J'étais petit, le regard enfantin,
Je pouvais m'amuser avec un rien.
Bruyant et joyeux, comme tous les bambins,
Je n'avais pas du tout peur de demain.
Les vacances arrivant, j'étais content.
J'avais déjà préparé quelques plans.
J'allais même pouvoir voir mes grand-parents.
C'était passer son temps en profitant.
Le jour arrivé, enfin, excité,
J'étais pressé de voir les heures passer.
Que vienne la soirée pour être libéré,
J'allais pouvoir regarder la télé.
Changement de régime, de quotidien,
J'allais voir mon père travailler, trop bien,
Avec ma mère j'allais faire du dessin.
Que j'attendais que vienne le lendemain !!!*


Les vacances ... on les attend
Du bonheur en concentré
Une chance ... qu'elles viennent souvent
Des souvenirs fabriqués

Je me souviens quand venaient des copains
Dormir chez moi, batailles de traversins.
Pour s'occuper, nous n'avions aucun frein.
En campagne, des cachettes, il yen a plein.
Le temps passait super rapidement
Mais on ne trouvait pas ça inquiétant
Car on ne savait pas lire l'heure des grands,
Car on n'avait aucun rôle là-dedans.
On y était donc on en profitait
Comme quelqu'un qui, ses derniers jours, vivait.
On espérait que du temps il restait
Car notre vie en vacances, qu'est'c'qu'on l'aimait !!!*
Puis vint les derniers jours, les dernières heures.
De nous deux, mon frère et moi, aucun pleur
Mais plutôt sur notre visage le bonheur.
On disait "d'trop bonnes vacances" de bon coeur.


Les vacances ... on les attend
Du bonheur en concentré
Une chance ... qu'elles viennent souvent
Des souvenirs fabriqués

Mon regard a présent s'est transformé
Et ma vie tout comme la réalité.
Mes vacances ne sont plus tranquillité
Ou alors ça aussi ça a changé.
Comme avant les vacances on les attend,
Comme avant on attend que passe le temps,
Mais elles glissent de nos doigts une fois dedans,
Et on les voit qui se barrent en courant.
L'heure on sait la lire mais elle nous déçoit,
D'atteindre tous nos buts on y arrive pas.
Le bac s'approche alors on revoit.
Nos amis s'éloignent alors on les voit.
Arrivé à la fin de mes vacances,
La joie, de me squatter, n'a aucune chance.
Bien que le repos ne fut pas immense,
Je ne veux pas reprendre les cours je pense.


Les vacances ... on les attend
Du bonheur en concentré
Une chance ... qu'elles viennent souvent
Des souvenirs fabriqués.


[
texte non pas nostalgique mais qui permet de me souvenir du passé, sans pour autant vouloir y retourner ... quoi qu'il en soit, les vacances étaient pour moi comme ça et sont pour moi comme ça (ça étant celles d'avant et celles de maintenant voire d'après) ... comme d'hab', je m'emballe dans mes propos donc ... ben j'espère que ce texte vous a plu malgré tout]
Repost 0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 20:08


6871-pixfamily-msnbois.png

 

Messages Sentimentalement Neutres


Moi j'aime les scènes
Qui s'passent sur msn
La drague textuelle
Fonctionne-t-elle en virtuel ?
Je me démène
Pour n'avoir aucune peine
Car une baffe d'elle
La rendrait bien moins belle.

Quand je la wizz
J'attend une de ses bises
Mais elle me bloque
A coup sûr je débloque.
Elle me méprise
Et ce quoi que je dise.
Cela me choque
J'me déconnecte ... et toc !!!*

Devant l'écran
J'attend un "je t'aime tant"
Mais pas pressée,
Elle n'touche pas le clavier
Donc m'ennuyant,
Monologue tout le temps,
Pour m'en aller
Je lui dis "bonne soirée"

Plus fort que moi,
Partir j'y arrive pas.
Elle reste muette,
Elle n'en fait qu'à sa tête.
Ca me déçoit !!!*
Subit'ment j'aperçois
Un message, chouette :
"J'sais pas qui t'es, arrête !!!*"



[NOUVEAU TEXTE sur MSN ... ça m'a amusé, loin d'être perfect mais voilà, il est fait :p ... j'voulais faire une fin marrante, ben j'ai pas réussi, tant pis xD]
Repost 0