Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 21:20

Voici la première partie de ce texte débuté mardi dernier dans la soirée (c'était le 07 septembre). Je raconte ici en prose une soirée type de la jeunesse que j'observe. Bonne lecture.

 

BEFORE :

 

Il est 20h30. Je me fais guider malgré moi par un « ami » chez d'autres connaissances. Le vent nous gèle en cet hiver glacial : quelle idée aussi de ne sortir qu'en chemise. Nous arrivons, ils ont déjà commencé sans nous. Nous nous installons, prenons nos aises, prenons des chaises et nous mettons à boire l'alcool que nous avons nous-même acheté, comme des grands. On n'imagine jamais la somme d'argent dépensée dans la boisson pour une soirée comme celle que nous allons vivre cette nuit. Mais après tout, on s'en fout tant qu'on la boit et que ce sont nos parents qui paient. Nous sommes dix à la base, 5 gars 5 filles, qui espèrent bien se taper quelqu'un de l'autre sexe (à part Justin qui désespère en nous voyant zyeuter les filles et qui espère trouver son âme frère en boîte) avant le petit matin. C'est tout simplement ce que l'on appelle un « before ». La musique déjà bien forte, le sol qui colle par la faute de verres trop plein, ou de personnes, les voisins qui râlent sans pouvoir appeler la police car il est trop tôt pour parler de tapage nocturne, c'est un sacré bon début de soirée. Alors que nos provisions diminuent à vitesse grand V, des renforts arrivent les bras surchargés de packs de bières, de sacs remplis de bouteilles de whisky, de vodka, de tequila et de que sais-je encore. Alléluia, Dieu nous a entendu. On en remet une couche, puis une autre, puis une autre et ainsi de suite jusqu'à ce que le liquide devienne une ressource rare. Que ce soit bien clair, nous ne buvons pas juste pour boire : nous buvons pour jouer à des jeux, nuance. Connaissez-vous le jeu des quatre rois par exemple ? Mais si, voyons. Le premier qui tire un roi choisit le récipient, le second le liquide, le troisième la quantité et le dernier doit tout boire. Bien sûr, toutes les cartes sont importantes et nous font boire encore et encore. Ce n'est que lorsque plus personne n'est en état pour jouer, qu'il n'y a plus une goutte ou alors tout simplement qu'il n'y a plus de cartes à tirer que le jeu se termine. Marrant non ? Les filles se dévergondent, les gars se virilisent et les tensions apparaissent. Normal. « Arrête de la toucher, elle est à moi !!!! » « Ah non, celle-ci c'est la mienne !!! » « Hey ta gueule, t'as pas ton nom de gravé dessus !!! » « Mais les gars, arrêtez, prenez-moi l'un après l'autre. Y en aura pour tout le monde !!! » « Oh la salope, elle en veut des deux !!! » « Arrête Justin, l'appelle pas comme ça ou je te défonce !!! » « Vas-y, je n'attends que ça  !!! » « Je m'en doute mon cochon !!! » Au beau milieu de ces conversations amicales, on retrouve notre JoJo national, les larmes aux yeux de joie, fumant ses cigarettes qui font rire, nous demandant « quand est-ce qu'on s'en va ». On a beau dire que la fumette n'élève pas le niveau des conversations, il semblerait que nous ayons eu tort pour cette fois-ci. Ni une, ni deux, à trois on y va. Un malin du groupe « cache » quelques bières dans ses poches (dire qu'avant je ne comprenais pas l'utilité des treillis à multi-poches …). Les filles cherchent leur manteau, le proprio de l'appartement cherche ses clés, deux de mes connaissances se cherchent, je cherche que faire et puis, enfin, on cherche le chemin le plus court pour aller en boîte. Bien entendu, tout le monde y va de sa proposition. On se décide et c'est parti pour la party ...

Repost 0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 16:57

 

"On mange quoi ce soir ? On mange quoi demain ?"

 

Veuillez percevoir ici mon inquiétude face à l'avenir, aux aléas, aux imprévus qui surviennent continuellement sans qu'on ne leur demande quoi que ce soit. J'en ai peur. J'ai peur de ne pas avoir les moyens de faire face aux évènements, de ne pas avoir la force, le courage. Cela peut vous sembler ridicule ce manque de confiance en soi, cette frayeur quasi-constante. Cela peut même vous paraître con. Qu'on le veuille ou non, j'ai toujours ces questions :

 

"On mange quoi ce soir ? On mange quoi demain ?"

 

Par chance, je suis encadré par des personnes générallement gentilles qui essaient de me rassurer, notamment en me répondant. Ce n'est peut-être rien à vos yeux ni même aux leurs mais cela représente bien plus aux miens. Je me les répète dans ma tête. Ce soir on mange ÇA et demain ÇA puis ÇA. Ce soir on mange ÇA et demain ÇA ... Ce soir on mange ÇA et ... Ce soir on mange ...

 

"On mange quoi ce soir ? On mange quoi demain ?"

 

Je fatigue mon entourage mais n'y peux pas grand chose. Vous savez, si je le pouvais, j'éviterais ces questions à répétition. À la place, dans une longue tirade pouvant être tout autant saoulante, je vous énoncerais mes peines. Mais voilà, je ne le peux aucunement. Depuis de longues années, depuis ma naissance pour être exact, je suis atteint d'une maladie. Cette maladie, mentale, s'appelle la trisomie. Aussi, veuillez m'excuser lorsque je vous demande :

 

"On mange quoi ce soir ? On mange quoi demain ?"

 

 

 

(26-08-10)

Repost 0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 20:56

 

J'ai beau dormir, j'ai beau siester,

Cela fatigue de ne rien faire.

Une ligne en plus dans mon CV

Pour près d'deux mois c'est peu, c'est clair.

J'ai l'air d'un clown, le rire en moins.

En attendant, j'attends les gens.

Le temps se gâte, semble bien moins bien

Avec cette pluie, avec ce vent.

L'ennui est roi, s'éprend de moi.

Mais, où est donc passé l'été ?

Mon compte en banque, lui, prend du poids

Et moi je sue, je me fait suer.

 

 

 

 

(13-08-10)

Repost 0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 16:10

Découverte pour qui ? Pour moi avant tout ... toutes les chansons qui passaient à la radio (ou qui passent encore d'ailleurs) de Ben Harper me saoulaient rapidement, peut-être même trop rapidement. Donc je n'ai jamais voulu en écouter plus. Pourtant, il a quelques chansons vraiment bien bien cool ... et puis c'est pas n'importe qui : genre avec son album fait en une semaine comme pour la création. Sympa comme truc. Bon, la chanson que je vous propose n'est pas forcément la plus connue de lui. Je vous propose donc : Please bleed.

 

 

 

 
Repost 0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 15:17

 

LETTER TO MYSELF

 

 

 

Hello folks. Missed me ? Sorry, I was still working ... and actually, I'm at my workplace right now writing that. Summer jobs are great because it gives us money but it totally sucks when it comes to go out with friends and to have some rest. Hum, I'm a little bit lying because for the first time I've seen my friends quite a lot during the summer and it's not already finished. It feels good to be with them, to don't care and to enjoy life. It really feels good. You'll say I'm always talking about the same subjects, the same topics and that's right. Sorry for that. But I've seen the four seasons of the TV show Skins in five/six days and it's normal to think about friends after that. This is pretty good serie. I loved the first generation and I liked the second one ... now comes the third. Will it be good too ? Anyway, I'll wait for it. You have seen that I write this letter to myself all in english ... why that ? Easy reason : I've watched Skins in english and I would like to improve even more and more my english so I need to practise it everytime I can. To do so, our english friends from Romford will be in France for two weeks from the 16th. Isn't it great ? I'll see if I really improved in Australia or not and I'll know if the australian people gave me an accent or not. Oh, one other thing that will be a reason to practise my english : Alessio, my italian friend living in Spain, will be at my birthday "party". The last time I've seen him it was in front of the enter of the YMCA - Romford two years ago. He probably changed but I guess me too. I'm reading "La mécanique du coeur" by Mathias Malzieu and it is strange but in a good way. You know, I love strange stuff. This weekend I'll be with my friend Tristan from the Lycée. It's gonna be a "No Life" Weekend like the ones we did with Yoan at the beginning ... but without Yoan (he's on holidays). A No Life Weekend is a weekend for geeks : laptops, xbox 360, many video games, movies, junk food, soft drinks, my pen tablet and my camera ... It's gonna be like Barney Stinson says it Legen - wait for it - dary !!! After the weekend, I'll have still three days of work at Vegam and then I'll help my mother in her gîte de groupes for three days. Finally, I will have less than a week of rest doing whatever I want ... and then the Noces d'or of my grand-parents with all the family (even with my brother and his girlfriend). All together, like for Christmas ... that was, by the way, the last time I've seen him. It's been a while. After the Noces d'or, I'll go back at Cholet with my mother to put my stuff in my new flat which is exactly the old one. Funny, isn't it ? The 2nd of September I'll have two meetings at my school : totally useless, they'll tell us some crap like they used to do. The 3rd I'll just have in the morning (but not too early, only at 10 am =p) two hours of competuring and then : weekend !!! The day after, I'll be twenty.

Repost 0
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 21:38

 

 

I'm so sorry miss A.

 

I have to leave you because miss F. wants me back.

What could I say ? What could I do ?

You know, she's my wife but my mother too.

I'm still dreaming of a day together.

I'm still dreaming of the nights together.

Tonight, the colours have turned black and white.

 

I'm so sorry miss A.

 

I send you this letter to explain my cruelty,

To explain why I left you behind me.

It's strange to say but I miss you miss A.

It wasn't a mistake, it was just a role I had to play.

I've been there a little while with you.

It's finished, life is life, isn't it true ?

 

I'm so sorry miss A.

It's not that I prefer miss F.

It's not that you were not cool,

Not at all.

Repost 0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 22:15

 

Les yeux en poussières, je regarde le bitume la tête posée dessus. Que fais-je là ? Les crises m'emmènent loin, dans des lieux de plus en plus étranges. La mémoire, bizarrement, me fait encore défaut. Je sens qu'avec un peu d'exercices cela reviendra bien plus rapidement que souhaité. Mes bras, tremblants, sont collés à mon corps humide. Je n'ai plus la maîtrise de mes jambes qui, sans raison apparente, forment les contours d'un losange. C'est beau les losanges. Je tâche de remettre ma cervelle en fonctionnement en me remémorant les vêtements que je portais le 6 octobre 1995. Facile. Un carrosse arrive, frôle mon épaule droite, puis s'en va comme si de rien était. Cela suffit à me faire paniquer, à trembler davantage encore et puis, enfin, je parviens à me calmer en me souvenant de la chaleur des bras de ma défunte mère. Il ne lui a suffit que d'une crise à elle, une seule, mais qui l'a emmenée encore bien plus loin que les miennes. Voilà le résultat. Que fais-je là ? Une douce mélodie, entrainante, s'installe dans mon esprit encore bien brumeux. Je m'apprête à la siffler voire la chantonner mais je me souviens d'où je suis. Enfin, pas vraiment. Où suis-je mais surtout, que fais-je là ? À peine le temps de fermer mes yeux que je disparais.

 

Je me retrouve sur une wheeling chair me balançant comme les anciens du Far West, la pipe à la bouche, le chapeau sur les paupières, dans le but de se bercer et s'endormir dans la chaleur ambiante. J'apprécie la sueur qui coule lentement de ma peau suivant les routes tracées par mes veines sur-apparentes. Cela a quelque chose de rafraichissant. Devant moi deux courageux (ou devrais-je plutôt dire inconscients) cowboys s'en vont se retrouver dans la rue principale pour s'affronter en duel. Qu'ils ont fière allure. Je redresse le chapeau sur ma tête de l'index droit. Il est midi moins cinq d'après ma montre à gousset que je tiens de la main gauche. Je repose mon chapeau comme précédemment. Je me sens bien. Cinq minutes plus tard, deux coups de feu. Les félicitations au vainqueur ne sont pas à souhaiter, il n'y en a pas eu. Je me sens bien, dur de ne pas l'être. Jusqu'à ce qu'arrive une question pénétrante et inquiétante : que fais-je là ? Après quelques secondes de réflexion, je m'endors ignorant l'inquiétude du moment. Je me sens bien.

 

 

 

 

(02-08-10)

 

_________________

 

Quoi de mieux comme 400ème article qu'un texte étrange ? Quatre ans et deux mois que j'ai créé ce blog et il semble tenir bon. Un jour j'aurai un site donc il n'aura plus de raisons d'être mais bon, pour l'instant, c'est pas encore fait ... quand mon frère aura le temps de m'en faire ou bien quand j'aurais le courage d'apprendre à m'en faire un. Anyway, merci de me lire. =)

Repost 0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 17:32

Mon dernier dessin ... loin d'être parfait mais bon, j'espère qu'il annonce une ère de dessinage de ma part ... on verra bien. =)

 

 

http://img191.imageshack.us/img191/8638/panvv.jpg

Repost 0
Published by WacsiM - dans ... autre ...
commenter cet article
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 00:06

 

The bright smile on your face

Is the reason of mine.

You're not running the race

And that is what is fine.

With your new open eyes,

You're not afraid of all

The grey in our skies,

The usual sadness call.

You open a new world

When the first time you speak.

You're loved by all the girls

When the first time you blink.

 

You are like an angel

On vacations on Earth.

I light up a candle

Everyday since your birth.

The Sundays' loneliness

In the nowhere is lost.

I'm full of happiness

To become your first host.

You know what I want to,

It is not hard to see.

I just want to thank you.

Now everything is glee.

 

You refresh me, my mind.

You are so nice, so kind.

For the first time I'm blind.

Joy is all I can find.

I'm feeling good tonight,

Writing down these lyrics.

Right now I stop the fight

That you've already fixed.

I forget the darkness

I wrote in all my texts.

Goodbye the loneliness,

You were just a pretext.

 

 

 

Thank you, thank you, thank you

Thank you for being you.

I love you little thing,

Thank you for what you bring

To me.

 

 

(01-08-10)

Repost 0
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 10:44

 

T'encaisses en caisses sans cesse.

Tu n'es qu'une saisonnière.

Quand bien même tu te presses,

T'encaisses en caisses, c'est clair.

 

T'encaisses en caisses, tu stresses.

Pense donc à ton salaire.

Travaille sans gentillesse

Et ignore ces gros blairs.

 

 

Ticket de caisse, chèque, pièces, des bons de réductions

Et quelques clients cons. T'es là pour la saison.

Le "ding dong" de la caisse s'incruste dans tes cauchemars.

Bientôt la fin, enfin, car oui tu en as marre.

Entre la grosse pressée qui a sa glace qui fond

Et les p'tits vieux sans gênes, moi sans hésitation

Je t'offrirais une prime pénibilité car

Pouvoir supporter ça comme tu le fais c'est rare.

 

 

T'encaisses en caisses sans cesse.

Tu n'es qu'une saisonnière.

Quand bien même tu te presses,

T'encaisses en caisses, c'est clair.

 

T'encaisses en caisses, tu stresses.

Pense donc à ton salaire.

Travaille sans gentillesse

Et ignore ces gros blairs.

 

 

La carte bancaire qui bug, les codes qui ne passent pas,

Quelques clients qui beuglent sans raison, juste comme ça.

Mais toi tu dois sourire et masquer tes soupirs.

Mais toi tu dois souffrir pour remplir ta tirelire.

Bien sûr t'es pas la seule mais la seule que j'côtois,

L'envers du décor semble être pire que c'que l'on croit.

Allez courage l'amie, ce n'est pas ton av'nir.

Pense-donc à ceux pour qui ça l'est, c'est cent fois pire.

 

 

 

(31-07-10)

Repost 0