Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 09:27

 

Sale temps sur Terre. Les larmes aux yeux, rien n'est pareil, tout devient flou. Maussade, chagrin porté en étendard, ses ailes se fêlent. Le cœur de Marguerite ne battra plus que pour elle-même. Les bons souvenirs sont devenus fissures, blessures ensanglantées. Le goût amer est de retour, les pieds qui trainent aussi. Elle ne sait pas ce qu'elle ressent. Ce sentiment est unique donc inconnu. Elle souffre, mais ce n'est que peu dire.

 

 

Marguerite, du haut de ses quinze ans, de ses talons de quinze à vingt centimètres, de sa douce adolescence, a le tournis. Ne rien comprendre semble être devenu son quotidien. Elle joue l'automate et passe inaperçue. Personne ne s'en soucie et c'est tant mieux ainsi. Elle se mure derrière des apparences et il n'y aura pas de beau prince charmant pour venir la sauver. Ses parents, aveuglés par leurs propres problèmes, ne se rendent compte de rien. Mais pourtant dieu sait qu'ils l'aiment. Son frère se trouve dans une situation bien pire. Elle n'ira pas lui demander conseils, il a autre chose à faire. Ses amies, désarmées face à sa tristesse qu'elles remarquent facilement, tentent tant bien que mal de la refaire sourire. Ce n'est pas chose aisée. Tout y passe : des blagues aux histoires, des insultes du Dom Juan aux que sais-je encore. Tout y passe. Et pourtant, Marguerite ne se détache plus de la douleur. Avec elle, elle se sent vivre. Qu'elle est triste Marguerite, qu'elle est triste et belle.

 

 

 

L'avenir lui ouvre les bras mais arrivera-t-elle à les trouver ? Elle marche, aveuglée, dans le présent.

 

 

 

Puis la voilà dans le futur, les yeux grands ouverts. Tout redevient brillant, amusant, charmant. Les garçons sont de retour dans son esprit et son cœur est bientôt prêt à rebattre pour l'un d'eux. Hier encore tout n'était que pleurs, aujourd'hui tout à saveur de bonheur. Ses vêtements noirs retournent dans le placard, ceux colorés sont à sa peau collés. Elle a repris goût à la vie. Il faut dire qu'elle a mûri, elle a seize ans à présent.

 

 

 

(13-11-10)

Partager cet article

Repost 0

commentaires