Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 09:12

 

Jeu d'écriture proposé par @venise3 : une lettre et sa réponse.

Deadline : 08/02/14.

Voici ce qu'ont en fait les autres participants :

 

Emilie : http://rienaredire.wordpress.com/2014/01/26/correspondance/

Christophe : http://123christophe456.wordpress.com/2014/01/27/correspondance/#more-33

Charmi : http://www.charmithorinx.fr/?p=898

Sohan : http://sohankalim.tumblr.com/post/74747402513/la-politesse-des-assassins

Greg : http://gregatort.wordpress.com/2014/01/28/attrapeur-attrape-peut-etre/

Gaël :http://jesuisgawel.wordpress.com/2014/01/29/concordance-des-temps/

Eléonore  : http://blogornomore.wordpress.com/2014/01/27/taire-les-mots/

Marie : http://authentiquestropiques.blogspot.fr/2014/01/reservation-hoteliere-par-correspondance.html

Barbara : http://motspourlecrire.canalblog.com/archives/2014/01/31/29089372.html

Sofie : http://motspourlecrire.canalblog.com/archives/2014/01/29/29073339.html

Fifi : http://www.misstherieuse.blogspot.fr/2014/02/#!http://misstherieuse.blogspot.com/2014/02/boucles-dheures.html

Marquise : http://bloodofeden.overblog.com/2014/02/mon-futur-moi.html

Meli mellow : http://rienaredire.wordpress.com/2014/01/31/indelebile/

Cédric : http://cdnotebook.tumblr.com/post/75385356006/correspondance

Flore : http://plumechocolat.wordpress.com/2014/02/02/complainte-dun-doux-qui-manque-de-pot/

venise : http://motspourlecrire.canalblog.com/archives/2014/01/25/29038079.html

venise : http://motspourlecrire.canalblog.com/archives/2014/02/02/29105124.html


Voici ce que j'en ai fait :

___________________________________

 

 

1 :

Je ne vous salue pas.

 

Peut-être serai-je pris pour un malpoli, pour quelqu'un n'ayant aucun savoir vivre, je m'en moque. Vous ne méritez à mes yeux aucun geste de sympathie ou mot de courtoisie. Vous êtes tout ce que j'exècre. Je ne pousserai pas le vice en disant que je vous hais mais nous nous approchons de la vérité : je ne vous aime pas.

 

C'est à mes dépens que je vous côtoie. Je tiens à le préciser. Vous êtes la cause du noir que je broie. Je souhaite le témoigner. Vous ne me donnez aucun choix. Je veux me libérer. Depuis que je vous connais je ne crois plus en moi. Je désire vous stopper. Vous avez fait taire ma voix, ne me reste plus que cette plainte épistolaire à rédiger.

 

Je ne crois pas ces beaux-parleurs qui clament haut et fort vous avoir dompté. On ne vous dompte pas, non madame, on vous subit. On s'habitue à vous à la longue tout au plus et c'est là que vous êtes la plus dangereuse. Lentement mais sûrement vous devenez celle que l'on voit le plus souvent, celle qu'il reste quand les autres s'en vont, celle qui s'affirme le dimanche quand nous sommes d'une faiblesse apparente.

 

Pour vous faire disparaître des solutions existent... mais la grande majorité a l'effet d'un coup d'épée dans l'eau. Utilité à durée déterminée. Je vous repousse quelques heures voire quelques jours dans le meilleur des cas, puis vous revenez au galop, comme si vous ne m'aviez jamais quitté. Ce n'est pas suffisant. Je veux votre fin !

 

Je vous sens à l'instant présent lire ces mots par-dessus mon épaule. Allez-vous en, votre place n'est pas ici. Votre place n'est pas. Vous êtes dispensable et je ne pense pas être seul à le penser..

 

Je ne vous salue ni de manière distinguée ni cordiale.

Je ne vous salue pas.

 

 

Michael Howard

 

 

2 :

Mon cher Michael,

 

Je suis ta meilleure amie, ton amour de toujours. Pourquoi n'acceptes-tu pas ma présence ? Il n'y a qu'à tes côtés que j'existe.

 

Je sais qui tu es, qui tu es vraiment, lorsque tu es face à toi-même, débarrassé de toute présence extérieure, de cette nuisance qui semble te plaire mais qui n'est que de la poudre à tes beaux yeux. Je te connais. Tu n'es pas celui que tu voudrais être, tu n'es pas celui qu'ils pensent voir : tu es mien.

 

Nous sommes faits l'un pour l'autre, tu ne peux te défaire de moi, à ma plus grande joie. J'ai tant de sentiments pour toi qu'ils suffisent pour nous deux, qu'importe tes jérémiades. Accepte-les une bonne fois pour toute que l'on n'en parle plus. Tu n'es pas assez fort pour combattre l'Amour, le vrai, le fou, l'intemporel. Personne d'autre ne te mérite, personne d'autre que moi. MOI !

 

Recouvre tes esprits, mes bras t'attendent.

Amoureusement,

 

 

Soli Tude

Partager cet article

Repost 0

commentaires