Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 10:30

Dis

Dis tu te souviens comment c'était bien ?

Tous les deux gamins, nous ne craignions rien.

Dis tu te rappelles ? La vie était belle

Et bien loin de celle qui nous brise les ailes.

 

 

J'ai des souvenirs qui refont surface

En prenant la place de deux trois soupirs.

Je vois des sourires, des pleurs qui s'effacent,

Un bambin qui trace sa route vers l'av'nir.

Ce gamin c'est moi, plutôt ça l'était

Puisque désormais je doute bien des fois.

J'ai vu quelques poids, tu sais ceux qu'on hait,

Me créer des plaies, celles que moi seul vois.

Aujourd'hui ça va comme on peut aller.

On a beau rêver la vie ce n'est pas

Mille joies par tracas. C'est plus compliqué.

J'ai mis des années pour comprendre cela.

Aujourd'hui je souhaite rejoindre l'innocence,

L'enfance, l'ignorance, me remplir la tête

D'idées gentillettes, loin de toute souffrance :

Un jour de vacances, une journée parfaite.

 

 

Dis tu te souviens comment c'était bien ?

Tous les deux gamins, nous ne craignions rien.

Dis tu te rappelles ? La vie était belle

Et bien loin de celle qui nous brise les ailes.

 

 

Nous qui étions beaux, qui riions de tout,

Petits bouts de choux qui pataugent dans l'eau,

Se prennent pour Zorro et sautent dans la boue,

Serions dev'nus fous face à tous les maux

Qui occupent nos vies et parfois les brisent.

Les instants de crise viennent et s'associent

A la nostalgie qui souvent s'enlise

Quand notre âme est grise, qu'on n'a plus envie.

Petit, tout va bien même quand rien ne va.

Les soucis, tracas meurent le lendemain.

Dis tu te souviens ? Dis tu n'oublies pas ?

Brille en moi l'éclat de ces beaux matins.

Viens que l'on s'invente une deuxième jeunesse.

Tu seras princesse, moi ce qu'il te chante.

Viens que l'on enchante ces vies qui nous stressent,

Ces jours qui nous blessent, ces maux qui nous hantent.

 

 

Dis tu te souviens comment c'était bien ?

Tous les deux gamins, nous ne craignions rien.

Dis tu te rappelles ? La vie était belle

Et bien loin de celle qui nous brise les ailes.

 

 

06-08-13

Partager cet article

Repost 0

commentaires