Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 21:20

Voici la première partie de ce texte débuté mardi dernier dans la soirée (c'était le 07 septembre). Je raconte ici en prose une soirée type de la jeunesse que j'observe. Bonne lecture.

 

BEFORE :

 

Il est 20h30. Je me fais guider malgré moi par un « ami » chez d'autres connaissances. Le vent nous gèle en cet hiver glacial : quelle idée aussi de ne sortir qu'en chemise. Nous arrivons, ils ont déjà commencé sans nous. Nous nous installons, prenons nos aises, prenons des chaises et nous mettons à boire l'alcool que nous avons nous-même acheté, comme des grands. On n'imagine jamais la somme d'argent dépensée dans la boisson pour une soirée comme celle que nous allons vivre cette nuit. Mais après tout, on s'en fout tant qu'on la boit et que ce sont nos parents qui paient. Nous sommes dix à la base, 5 gars 5 filles, qui espèrent bien se taper quelqu'un de l'autre sexe (à part Justin qui désespère en nous voyant zyeuter les filles et qui espère trouver son âme frère en boîte) avant le petit matin. C'est tout simplement ce que l'on appelle un « before ». La musique déjà bien forte, le sol qui colle par la faute de verres trop plein, ou de personnes, les voisins qui râlent sans pouvoir appeler la police car il est trop tôt pour parler de tapage nocturne, c'est un sacré bon début de soirée. Alors que nos provisions diminuent à vitesse grand V, des renforts arrivent les bras surchargés de packs de bières, de sacs remplis de bouteilles de whisky, de vodka, de tequila et de que sais-je encore. Alléluia, Dieu nous a entendu. On en remet une couche, puis une autre, puis une autre et ainsi de suite jusqu'à ce que le liquide devienne une ressource rare. Que ce soit bien clair, nous ne buvons pas juste pour boire : nous buvons pour jouer à des jeux, nuance. Connaissez-vous le jeu des quatre rois par exemple ? Mais si, voyons. Le premier qui tire un roi choisit le récipient, le second le liquide, le troisième la quantité et le dernier doit tout boire. Bien sûr, toutes les cartes sont importantes et nous font boire encore et encore. Ce n'est que lorsque plus personne n'est en état pour jouer, qu'il n'y a plus une goutte ou alors tout simplement qu'il n'y a plus de cartes à tirer que le jeu se termine. Marrant non ? Les filles se dévergondent, les gars se virilisent et les tensions apparaissent. Normal. « Arrête de la toucher, elle est à moi !!!! » « Ah non, celle-ci c'est la mienne !!! » « Hey ta gueule, t'as pas ton nom de gravé dessus !!! » « Mais les gars, arrêtez, prenez-moi l'un après l'autre. Y en aura pour tout le monde !!! » « Oh la salope, elle en veut des deux !!! » « Arrête Justin, l'appelle pas comme ça ou je te défonce !!! » « Vas-y, je n'attends que ça  !!! » « Je m'en doute mon cochon !!! » Au beau milieu de ces conversations amicales, on retrouve notre JoJo national, les larmes aux yeux de joie, fumant ses cigarettes qui font rire, nous demandant « quand est-ce qu'on s'en va ». On a beau dire que la fumette n'élève pas le niveau des conversations, il semblerait que nous ayons eu tort pour cette fois-ci. Ni une, ni deux, à trois on y va. Un malin du groupe « cache » quelques bières dans ses poches (dire qu'avant je ne comprenais pas l'utilité des treillis à multi-poches …). Les filles cherchent leur manteau, le proprio de l'appartement cherche ses clés, deux de mes connaissances se cherchent, je cherche que faire et puis, enfin, on cherche le chemin le plus court pour aller en boîte. Bien entendu, tout le monde y va de sa proposition. On se décide et c'est parti pour la party ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires