Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Identité Numérique

Contact : wacsim@gmail.com

Rechercher

Présentation

Textes by 
Photos by

Il y a actuellement personne(s) sur ce blog

Moi Par Mois

9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 19:09

Comment vivre ça sereinement
Quand, n'étant seulement qu'enfant,
On vous dit, apprend clairement
Que vos parents n's'aiment plus vraiment ?
Comment réagir devant eux
Lorsqu'ils te regardent de leurs yeux,
Attendent que tu leur dises  "adieu",
Veulent un "c'est c'qu'il y a de mieux" ?
Il nous est possible de comprendre,
Il nous est possible de l'apprendre,
Possible que not' coeur devienne cendres,
Mais impossible de s'y attendre !!!
Nous resterons dans notre enfance,
Dans un univers de confiance
Où notre amour reste une chance,
Ne rime pas avec "en partance".
Pour le meilleur et pour le pire,
Votre amour avait un av'nir
Mais s'il devenait que soupirs,
Vous avez bien fait d'en finir.
C'est peut-être difficile à dire,
A vous écrire voire même à lire
Mais n'étant pas bien de souffrir,
Il ne fallait pas qu'ça empire.


C'est une fissure
Que l'on endure
Dans nos coeurs purs
Devenus durs
C'est une blessure
C'est une cassure
Qui nous torture
Nos rêves futurs.

C'est une fissure
Que l'on endure
Dans nos coeurs purs
Devenus mûrs
C'est une blessure
C'est une cassure
Qui nous torture
Nos rêves qui durent.


Des années sont passées, pressées,
Des évèn'ments ont procédé
A dans notre vie tout transformer.
Une nouvelle famille s'est formée.
Tout étant changé sans rien voir
A peine le temps d'encore y croire.
Seul l'espoir put nous décevoir,
Nous mettre encore plus dans le noir.
Un élargissement s'est produit,
D'un coup, sans faire le moindre bruit.
Soit tout va bien, soit tu t'enfuis.
De leur amour ç'en est le fruit.
Et désormais tu te démènes
A repousser la haine, tu peines
A faire comme si ça ne te gênes
Puis ne pas connaitre l'autre te freine.
Tu crois que ce qui te déçois
Ce n'est pas l'chang'ment en soi
Mais la rapidité du choix
Du remplacant de ton papa.
Enfin, la vie reprend son cours.
Toujours après l'amour on court.
De ces fissures on fait les sourds,
De ces fissures aucun détour.


C'est une fissure
Que l'on endure
Dans nos coeurs purs
Devenus durs
C'est une blessure
C'est une cassure
Qui nous torture
Nos rêves futurs.

C'est une fissure
Que l'on endure
Dans nos coeurs purs
Devenus mûrs
C'est une blessure
C'est une cassure
Qui nous torture
Nos rêves qui durent.


Les secrets de famille grandissent,
Dans le mensonge nos âmes périssent
Et même la compréhension glisse
Quand tous les mystères s'épaississent.
Du haut de tes quelques années,
Tu te retrouves perdu, paumé
Sans savoir qui il faut aimer
Et à qui tu peux en parler.
La vie n'est plus la même maint'nant
Que tu n'as plus tes deux parents.
Tu as un père et une maman
Mais plus jamais en même temps.
Tu rêves encore de ton passé
Comme si tu étais retraité,
De ces vacances en plein été
Où vous vous étiez amusé.
Tout a un goût si périmé,
Si dépassé, si déprécié,
Que tu cesses enfin de rêver.
On n'peut pas changer la vérité.
Qui aurait pu prévoir cela ?
Qui pouvait voir qu'ça n'allait pas ?
Cette idée était loin de moi
Mais désormais, elle me côtoie ...


C'est une fissure
Que l'on endure
Dans nos coeurs purs
Devenus durs
C'est une blessure
C'est une cassure
Qui nous torture
Nos rêves futurs.

C'est une fissure
Que l'on endure
Dans nos coeurs purs
Devenus mûrs
C'est une blessure
C'est une cassure
Qui nous torture
Nos rêves qui durent.


Et si un jour on rencontrait
Une personne douce que l'on aimait,
Que d'vivre ensemble on désirait
Et que du reste on n's'en souciait ...
Qui sait si un jour vient la fin,
Qu'entre nous il n'y a plus rien,
Qu'j'ne prévois plus mes lendemains
Qu'avec sans toi, que tu sois loin.
Que ferions-nous, partirons-nous ?
Serait-ce la fin de nous, de tout ?
Pour pas qu'nos enfants deviennent fous,
On reste ensemble, on se dévoue.
Accept'ront-ils qu'on se sépare,
Que l'un de l'autre en a eu marre,
Que la vie est pleine de hasards,
De voir que c'est un vrai bazar ?
Pour autant, nous sommes les adultes.
S'ils comprennent pas, c'est une insulte.
Ils ont du voir tout ce tumulte
Qui l'un de nous le catapulte.
Cela ne va pas être facile,
Le plus dur s'ra qu'ils l'assimilent.
Cela les rendra plus fragiles,
Mais la vie est ainsi, débile.


C'est une fissure
Que l'on endure
Dans nos coeurs purs
Devenus durs
C'est une blessure
C'est une cassure
Qui nous torture
Nos rêves futurs.






[Texte non autobiographique mais je dois bien avoué que j'me suis inspiré de ma vie quand même ... en tout cas, à la base, je partais de mon "expérience" dans ce domaine, de ce que j'avais ressenti, de ce que je ressens actuellement et de ce que je vois. En espérant que je ne me sois pas trop éloigné de ce que je voulais faire et de ce qui est vrai ... et que ce texte vous plait, même s'il est long, j'avoue :s]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mela 26/02/2008 18:55

houla... texte qui me parle beaucoup...des sentiments qui ne me sont pas inconnus...mais pas toujours les mêmes pour autant.très beau texte en tout cas, je pense qu'il traduit assez bien ce genre de situations, peut-être même trop bien...m'enfin...ben je vais pas finir mon tour de commentaires aujourd'hui, on me réclame l'ordi xDeh bien, dans la mesure du possible, je reviens demain ^^bizoO bonneuh soirée !J't'AdorE

WacsiM 26/02/2008 20:41

J't'adore aussi :) pis ... je ne sais pas s'il traduit bien ce genre de situations mais j'ai essayé ... par contre, il y a aussi des passages romancés me concernant